On vous en parlait dans Behind The Scene il y a quelques semaines, le label Anglais Dissonance Productions a sorti une anthologie CD de l’équivalent Scandinave de The Exploited : Anti Cimex. Principalement connu des puristes, ce groupe de Göteborg a sombré en 1993, respectant mot pour mot la maxime du Punk : No Future… Rencontre avec le seul rescapé du combo culte de Göteborg, Charlie Claesson (batterie)…


Salut Charlie ! L’aventure Anti Cimex est terminée depuis 1993, et cette année le groupe propose à ses fans le coffret « Victims Of A Bomb Raid ». Pourquoi ce choix après tout ce temps ?
Well, il semble que pas mal de gens voulaient réécouter nos anciens albums car ils sont devenus très difficiles à trouver. Et bien maintenant c’est fait haha ! On sait comment ça se passe dans cette bonne vieille scène punk, on veut écouter du brut, et quelqu’un veut toujours passer un bon vieux disque. C’est donc la principale raison de ce boxset.

Lorsque l’on se replonge dans la musique de Anti Cimex, on a affaire à un son violent, approximatif, destructeur et puissant. A cette époque, quand le groupe a sorti ses EP’s et albums, quelle était l’ambition ou l’objectif principal ?
Anti Cimex était vraiment le reflet de ce que nous vivions à cette époque. On avait peur, on était en colère, on favorisait l’auto-destruction et on avait vraiment un raz-le bol de notre vie de tous les jours, le quotidien nous gonflait… Et à côté de ça, la musique était notre raison de vivre, et avec le groupe on a vraiment essayé de « refléter » tout ce que nous vivions…

Le groupe sort un excellent disque avec « Scandinavian Jawbreaker », et décide de splitter. Pourquoi ?
Nous avions joué ensemble pendant 12 ans et notre vie nous a éloignés les uns des autres. Certains d'entre nous ont des enfants, et certains sont allés plus loin dans l'obscurité et ce n'était plus amusant… Nous n'avions pas de succès et on sentait qu’on nous aimait de moins en moins. Nous devions nous séparer !

Un prochain album de Anti Cimex, on peut espérer ?
Oh oui, tu peux toujours espérer hahahaha ! A mon avis, ces chances sont proches de zéro, mais bon on ne sait jamais… Une chose que j’ai réellement apprise : on ne sait jamais ce qu’il peut arriver…

Et tu as de nouvelles de tes anciens musiciens ?
Alors Jonsson le chanteur, est en traitement pour ses addictions à nouveau. Cliff (guitare) est à Malmö, et subi un traitement du foie, Conrad le bassiste, vit actuellement dans un garage, après avoir été sans-abri pendant un certain temps. Il souffre d'une psychose permanente qui ne finira probablement jamais.
Jocke, l’autre guitariste, mène une vie normale à Stockholm, et bosse comme barman.
Quant à moi je vis à Göteborg, et je joue de la batterie dans pas mal de groupes…. Nos deux autres anciens bassistes sont morts il y a pas mal de temps de ça…
Comme tu peux le constater, quel groupe hein ?

Anti Cimex est considéré par les fans du genre, comme la « version » Scandinave de GBH, The Exploited, Discharge. Que penses-tu de ce point de vue ?
Je comprends tout à fait ! Anti Cimex est né un ou deux ans après tous ces grands groupes, et le punk est arrivé chez nous pratiquement en même temps que lorsqu'il a percé en Grande Bretagne. Donc oui, on peut dire qu’on a pratiquement le même âge hahahaha !

Quels ont été pour toi tes meilleurs moments dans le groupe ?
Mes meilleurs moments ont dû être les premiers jours… Quand on répétait comme des dingues en créant cette musique, ce son ! On était sur la même longueur d’onde à ce moment-là…

Dans les 90’s on a assisté à l’émergence de ce mélange de Punk, Death Metal et Rock n’ Roll. La fameuse scène de Göteborg. Tu étais fan de cette mouvance ?
C'était une période très créative à Göteborg à l'époque. Je ne connaissais pas tous les groupes qui étaient arrivés, en revanche, je suis toujours ami avec des tas de gens de ces années-là, car nous sommes encore tous actifs dans le monde de la musique.

Et quels sont tes projets pour cette année ?
Je bosse sur un documentaire, qui sera fini plus tard… Sinon rien du tout…

Pour conclure Charlie ?
Et bien je n'ai jamais joué en France, et je ne connais pas votre pays. En revanche je dirais que chacun continue de bosser pour ce qu’il croît, ce qu’il aime… Sinon, je ne connais qu’un mot en Français : merde ! Hahahahaha !


Anti_Cimex_-_2.jpg

Facebook : Anti Cimex