Non non, bien évidemment on va pas partir à Hawaï avec un grand gars en short et des chemises à fleurs qui sillonne l’île au volant d’une Ferrari. Elle est facile celle-là, et on a dû leur faire pas mal de fois au fil de leur carrière aux vétérans de Magnum hahaha !
On reste alors en Angleterre avec l’un des groupes qui représente au mieux ce que l’on a appelé jadis, le Hard Rock Progressif. Ici, à la rédaction, Magnum est rentré dans le vocabulaire courant depuis l’album « Brand New Morning » de 2004.
Vaguement entendu parlé dans les 90’s avec le disque « Goodbye L.A » mais sans plus… Et puis pour ne citer qu’eux, les excellents « Livin The Dream (Live) », « Escape From The Shadow Garden » ont largement été appréciés par votre rédacteur. Et que dire de ce « Lost On The Road To Eternity » ?
Et bien Magnum poursuit son chemin établi depuis 2002. C’est-à-dire, proposer un nouvel album First Class, composé finement, interprété au poil, chaque note est à sa place et c’est tout simplement un vrai régal ! La production est énorme, les chansons sont magnifiques (Peaches N’ Cream / Lost On The Road / Welcome To The Cosmic Cabaret), et nous ne parlerons pas des parties orchestrales que l’on retrouve ça et là. C’est du haut de gamme ! Même si cela n’apportera peut-être rien à la jeune génération (quoique…), avec ce « Lost On The Road To Eternity », vous vous envoyez dans les oreilles un album qui va plaire aux fans de Marillion (Steve Hogath era), aucun doute, vous passerez un excellent moment.
Petit bémol cependant, en imprimant la pochette de l’album, la maison de disques a (volontairement ?) oublié de faire la mention « C’est dans les vieux pots que l’on fait la meilleur soupe ». Maintenant à voir si « The Best Broths Are Cooked In The Oldest Pans » rentre dans un sticker, je sais pas… En tous cas, un excellent album.


Guillaume



Titres que l’on a aimé : Lost On The Road To Eternity / Tell What You’ve Got To Say / Welcome To The Cosmic Cabaret, et puis tout le reste 😉 !


Clip : Without Love

  • A noter que Tobias Sammet (Edguy/Avantasia) pousse la chansonnette avec Bob Catley sur le morceau titre.