19 Décembre 2017, un communiqué tombe sur le net avec le titre, le visuel, la date de sortie et un single (Multi Dimensional) !
Les Bataves sont de retour, ou plutôt « le » vu que seul Patrick Mameli est à la tête de sa bête, sa chose, sa création : Pestilence !
Rien qu’avec le nom, on sait déjà ce que l’on va écouter. Du Death Metal technique et musical ultra torturé, avec des passages de basse fretless, des suites d’accords clean à la guitare bien dosés en effets, des riffs d’une complexité à faire comprendre à un architecte de métier qu’il y a plus alambiqué qu’eux, et une voix déchirée ! Oui mais déchirée comme en 1991, à l’époque d’un des albums emblématiques du Death Metal, « Testimony Of The Ancients ». Le Grââl en la matière.
L’album en question est sortit le 5 mars et porte le nom de « Hadeon ». Il sera certainement considéré par ses paires comme étant le Volume 2 de « Testimony ». Effet voulu ? Et bien pas tant que ça en fait.
Lorsque l’on parle de ça à l’intéressé, (cf. interview) la manière dont on a ressenti l’album, Patrick vous répond que la filiation est là, mais c’est avant tout à cette période où le chef d’orchestre c’est senti le mieux dans sa vie…
De part la construction et l’interprétation des titres, oui il existe un parallèle entre ces deux albums, c’est certain. En revanche il ne s’agit en rien d'une répétition, mais d’une continuité.
Pestilence poursuit son périple, armé de sa fameuse sphère qui nous hante depuis 1991. Tel à bord de l’Arcadia d’Albator, le corsaire Pat’ continu d’errer dans un espace sonore, semblable à une quatrième dimension où l’on retrouverait trois noms improbables, mais pourtant si proches de l’esprit sonique de Pestilence : Jaco Pastorius, Allan Holdsworth et Chuck Schuldiner.
Avec un comparatif aussi enjoué que celui-là, n’est-il pas question ici de la reconnaissance tant espérée par Patrick Mameli ? Un album exceptionnel à réserver aux oreilles affûtées, attentives et expertes… L’année commence très fort au pays de la tulipe !


Guillaume


Site de Pestilence