Vendredi 23 Mars. L’ex guitariste de Motörhead joue ce soir au Forum de Vauréal, dans le Val d’Oise, avec son tout nouveau groupe « Phil Campbell And The Bastards Sons ».
Très bonne raison de voir et écouter ce que rendent sur scène le EP et l’album de la formation Galloise. C’est quand même l’homme qui a gravé tous les riffs du Bömbardier depuis les 90’s et qui a su se renouveler efficacement depuis le départ de Lemmy . Donc au taquet quoi !


13h, un mail arrive dans la box, avec pour objet « Bullet For My Valentine ». Le groupe ainsi que leur nouveau batteur Jason Bowld seront de passage dans la capitale le Lundi suivant pour donner des interviews afin de présenter le nouvel album « Gravity », prévu avant l’été. Ce qui fait que cette information tient de la plus stricte confidentialité, c’est que rien ne doit filtrer avant le 27 Avril. Absolument rien ! Même pas le titre de l’album, la moindre photo avec un des musiciens, aucun article et encore moins la date de sortie prévue le 29 Juin.
L’embargo total est instauré aussi bien par le management du groupe, la maison de disques que l’agence de promotion. La plus grande vigilance est donc demandée, et les réseaux sociaux priés de rester au placard. Pour notre part, le rendez-vous est fixé pour le début d’après-midi, dans un hôtel situé dans le 11e arrondissement de Paris, non loin du Bataclan…


En attendant cette interview, le week-end se passe sous le son de Phil Campbell est ses Batards de Fils, avec à la clé un show hyper emballant au son gros comme ça et quelques crampes au cou ! Headbanging de rigueur ! On pourra pas en dire de même pour le lendemain avec la venue du nouveau groupe de l’ex Queensryche, Geoff Tate et son Operation :Mindcrime, qui délivrera un set expéditif reprenant l’intégralité de l’album concept qui fit son succès en 1988. Bien, sans plus et surtout sans âme…
Tête d’affiche de ce live, Angra. Les Brésiliens arrivent sur scène au bout d’une attente interminable, pour délivrer un concert d’un certain ennui et qui aura raison de notre patience. Ce sera pour une prochaine fois… ou pas. En tout cas, c’est toujours agréable de venir assister à des concerts au Forum, car la programmation est toujours au top, et que l’on aime ou moyennement un artiste, ça fait toujours plaisir de voir des pointures se produire dans un endroit assez éloigné de Paris. Mention toujours très bien envers le Forum.
Donc sur ce, retour à la maison en piaffant d’impatience pour Lundi…


C’est bon, nous sommes Lundi 26 Mars, jour de l’escapade Parisienne. Mon cartable est prêt, avec mes questions, le pocket recorder, mes pochettes à faire signer (bah oui hein 😉 ) et direction Paris.
Il fait grand beau, il fait bon, c’est agréable. Surtout pour Paris, les locaux sauront de quoi je parle. J’arrive à l’hôtel, me dirige vers la réception pour savoir où a lieu l’interview. Bon visiblement, personne ne semble être au courant, pas étonnant mais c’est pas grave. Même avec certaines infos données avec les noms des personnes à prévenir sur place… rien. « Ah non, je suis désolé monsieur, nous ne sommes pas informé de la venue d’un orchestre » me répond t-on. Je glousse.
Comme on dit, on se tire les doigts du (…) et on se débrouille avec le tél portable pour joindre la personne chargée de la promo. On est jamais mieux servi que par soit même hein ?


Quelques minutes après mon coup de fil, le groupe arrive, très cool, poli, aimable, souriant. Visiblement, BFMV est ravi d’être à Paris pour parler du nouvel album. Bon, ça promet d’être intéressant.
Le responsable de la promo, que je connais depuis pas mal d’années maintenant me présente à Jason Bowld, batteur de la formation British. D’autres confrères préfèrent s’entretenir avec les principaux compositeurs et paroliers en général. Ok pas de problème. Moi ce qui m’intéresse, c’est parler de « Gravity », normal, mais aussi du parcours du gars en question : ex batteur de Pitchshifter et surtout Killing Joke. Bien vu n’est-ce pas ?


On prend place avec Jason, dans un salon très ensoleillé sur des fauteuils crapauds confortables… magnéto…


Jason me raconte donc qu’il est officiellement membre de Bullet depuis Décembre 2017, mais accompagne le groupe en tournée depuis 2015. N’ayant plus de batteur de studio pour achever le nouvel album démarré en Avril 2017, les gars lui ont demandé si cela le branchait de rejoindre BFMV à temps plein. Jason a donc saisi sa chance, « Jump to the chance », comme il le dit en Anglais dans le texte !
Et puis j’apprends que cette rencontre avec les Bullet, c’est fait naturellement, vu que Matthew (chant BFMV) avait participé à l’ancien projet de Jason, Axewound. Donc de fil en aiguille notre batteur c’est retrouvé dans l’aventure… Alors justement, cette nouvelle aventure pour lui se concrétise avec la sortie d’un album, « Gravity » le 29 Juin.
Lorsque je lui demande quels sont les différents thèmes que les fans pourront retrouver dans « Gravity », Jason me confie que c’est avant tout un album qui dégage une atmosphère positive, que c’est quelque chose que BFMV souhaitait faire depuis pas mal de temps maintenant. C’est désormais chose faite avec un disque qui parle de situations personnelles que le groupe a traversé, des relations générales entre les gens, les liens d’amitié… mais tout en dégageant un message positif. Je me répète, mais c’est vraiment important pour le groupe.


Jason explique aussi que cet aspect positif qui émane de l’album, ce nouveau son recherché, est du fait que BFMV a fait appel à un nouveau producteur qui a rendu possible une sonorité plus accessible. Mais attention ce n’est pas du dancefloor non plus, comme le souligne Jason en riant ! Les fans pourront découvrir des morceaux mélodiques et ce qu’il faut en matière de titres plus heavy, pas de problème !
Jason m’explique également que tous les textes sont écrits par Matthew et qu’en revanche, pour la musique, c’est une véritable mise en commun entre tous les musiciens du groupe. Jason « nouvel arrivant » y compris, a pu apporter son propre style, ses structures, et il en est très satisfait.


Au fil de notre conversation, Jason m’explique aussi que Pitchshifter, a été son premier véritable groupe professionnel, avec qui il a enregistré et tourné, et que son passage au sein de Killing Joke a été très intense, mais quand même sous une certaine pression. Explications…



Jason a partagé la vie d’une formation emblématique qui a créé ce son « Industrial Old School Punk » très instinctif, surtout sur scène. Il n’était pas rare que Jaz Coleman demande à Jason de modifier les structures originales des morceaux en concert, donc pas mal de travail d’improvisations, pas tout le temps évident à gérer. Un groupe au son intense et original en concert pour Jason, c’est ce qu’il retient le plus.
Années bénéfiques quand même, il m’annonce que le premier album du groupe de Notting Hill reste son préféré. Mais quand on est fan, on est fan, et je ne résiste pas à l’envie de demander à Jason comment est Jaz Coleman. C’est avec le regard rieur qu’il me répond, « Jaz is a crazy guy ! A good person, but a crazy guy » ! Plein d’idées à la minute, si vous voyez ce que je veux dire.
Comprenant que le style de vie de Killing Joke est plutôt « roots », je demande à Jason si l’approche de BFMV est plus, disons, agréable. Réponse à l’affirmative pour un batteur qui joue désormais pour un groupe dans lequel il y a un échange entre les musiciens, une direction commune, un seul et même « package », mimera Jason. La stabilité quoi.


Petit détour aussi vers les influences que sont pour lui, Mitch Mitchell (Jimi Hendrix), Dave Lombardo (de vous savez qui) et Charlie Benante (Anthrax). C’est après quelques selfies et signatures que je quitte Jason, en lui disant que je serai au Hellfest pour assister au show de BFMV, ce qui a eu l’air de lui faire plaisir. Cool. De plus, BFMV en profitera peut-être pour présenter quelques nouveaux titres sur scène ce jour là. Je pense que les fans vont être aux anges… où en enfer, vu le nom de l’évènement !


Interview dans la boîte. C’est après avoir rencontré quelqu’un de très sympathique, et calé mes prochaines interviews auprès de mon contact, que je prends le chemin du retour en écoutant… Killing Joke !
A votre avis, j’étais plus venu pour parler du nouvel album de BFMV, ou pour rencontrer un ex membre d’un groupe emblématique du Punk dont j’ai fait signer mes pochettes ?


Moi seul connais la réponse…


“Man watching video
The clock keeps on ticking
He doesn’t know why
He’s just cattle for slaughter


The… requiem”


Guillaume